J’ai testé la Piscine avec bébé 

Grosse matinée pour ma puce de déjà un an aujourd’hui. Nous sommes allée à la piscine car en vacances chez ma mère à Hyères la ville a un super complexe aquatique ! Que je conseille à tous ceux qui peuvent passer dans le coin. 

Au programme jeux, jaccuzi, pataugeoire, Fontaine, courant d’eaux le top. Ma puce de 12 mois s’est éclatée malgré une petit appréhension… Le résultat en images.

  
On commence par le pas drole car on enfile le bonnet de bain du poisson qui tire plutôt pas mal… Une fois ce désagrément passé… On peut s’amuser.

  C’est parti on passe par la pateaugoire sans grand succès y a pas assez d’eau alors on se lance dans le grand bassin 

 
Debout et puis plouf sur le ventre 

  

On va tester le jaccuzi  

   Et on joue dans l’eau

 
  

Bref on s’est bien amusée …

Après l’effort le réconfort 

   

Bref on a passé une super matinée et on recommencera !! Moi qui appréhendais pas mal au niveau de la surveillance une fois dans l’eau toutes mes peurs se sont envolées. Ne pas oublier les consignes de sécurité mais ca c’est la base !!

Mais en tous cas j’ai trouvé une super activité pour cet été 

Le jour oú je suis devenue maman.

je ne m’attendais pas à cette violence qui d’un coup m’a happée de l’intérieur. Je ne m’attendais pas à toi,  à ce que tu lèves la tête et que tu me regardes dans un instant suspendu dans le temps et que tu te mettes à pousser ton premier cri. Je ne m’attendais pas à cet amour… J’étais enfin maman.

Je ne sais pas tout ce qui m’est passé par la tête à ce moment là je sais que je t’ai attrapée une fois tes épaules dégagées et que j’ai sentie cette plénitude. Je sais que c’était rapide et lent en même temps. Comme si les secondes duraient des minutes.

Il y a eu cette première tétée de bienvenue, qui aujourd’hui dix mois plus tard a été suivi de beaucoup d’autres. Ta petite tête s’enfouissant contre moi à la recherche du sein. J’étais épuisée, je te regardais et je n’y croyais pas. J’ai dis à ton père  : « Ça y est on est papa et maman » et je n’en revenais pas.

Aujourd’hui je suis tombée sur cette photo qui m’a fait remontée tant de souvenirs. Qui m’a rappellée à quel point tu grandissais vite et à quel point cet instant a été précieux. Tu grandiras encore et tu seras une femme, ma fille. Ce jour là, je crois que la nostalgie m’emplira une fois de plus, comme ce soir. Parce que, tu es l’amour de ma vie, tu es ma plus belle réussite.



Autour des vaccins.

Little baby get an injection

Qu’on le dise, je suis pour la vaccination. Pour la vaccination utile, pour la vaccination comme acte civique afin nous protéger ainsi que de protéger les autres, de ces maladies graves qu’on a réussi à éradiquer grâce à la vaccination.
Mais, la vaccination, intensive, abusive injustifiée me pose problème. Celle qui incite les parents à survacciner leurs petits bouts sous l’œil accusateur des pédiatres qui culpabilisent ceux qui refusent certains vaccins controversés.
Je fais partie de ces parents qui réclament ardemment l’infanrix Quinta. Je refuse que l’infanrix hexavalent comprenant la souche contre l’hépatite B soit administré à ma fille. Je déplore cette rupture de stock de l’infanrix Quinta qui nous met nous parents face à un dilemme, qui nous mets d’ailleurs plus ou moins hors là loi car si 3 des valences de ces vaccins sont obligatoires les autres ne le sont pas. Car si la vaccination est importance la démesure est dangereuse.
Dans le cadre de mes études, parce que je suis amenée à travailler dans le milieu médical j’ai moi même dû à contre cœur me faire vacciner contre l’hépatite B, vaccin polémique qui reste quand même lié à pas mal de pathologies neuros, mais passons. Le rapport bénéfice risqué est non négligeable, je ne suis pas à l’abris de rencontrer des patients infectés je ne suis pas à l’abris d’un accident d’exposition au sang. Oui, en tant que soignante ce vaccin est pour moi, une protection.
Pourquoi donc, je refuse ce vaccin pour ma fille?
Il faut d’abord regarder oú et comment s’attrape l’hépatite B mais surtout quelle est la population dite à risque… Les enfants n’en font pas partie.
Non ce n’est pas à la crèche que ma fille va avoir des rapports sexuels non protégés ou qu’elle risque d’échanger des seringues préalablement infectées. Meme si l’hépatite B s’attrape par voie salivaire, avec une prévalence de 1,9% pour les enfants. J’estime que je ne mets pas ma fille en danger (sachant que la contamination par voie salivaire n’est vraiment pas la plus répandue)
Je préfère laisser à ma puce le choix, oui une fois ado elle pourra choisir en lui présentant les pour, les contres elle décidera si oui ou non elle voudra ce vaccin, d’ici là la science aura progressé nos connaissances sur les effets secondaires du vaccins aussi et au delà de ca les recommandations ne seront plus forcément les mêmes. Chez nous, on a décidé d’attendre.
Ce n’est pas un non définitif c’est plutôt le refus de faire des choix qui pourraient avoir une incidence grave, dans le doute, je préfère la faire vacciner plus tard.
Aujourd’hui on contraint plus ou moins des parents à vacciner leurs enfants contre une maladie qui n’est pas « une maladie infantile » pour donner des sous aux labos mais à côté de ça , et parce que celui là rapporte moins le BCG n’est plus obligatoire, et la tuberculose elle revient en force.
Chacun est libre de faire ses choix d’évaluer à sa hauteur, à son niveau si oui ou non tel ou tel vaccin est nécessaire pour son enfant. Mais je trouve que mettre des parents face à la rupture de l’infanrix Quinta, et de proposer à la place innocemment le meme avec l’hépatite B en plus (genre c’est un pack cadeau) c’est de la malhonnêteté intellectuelle, pas tout le monde n’a malheureusement accès à certaines informations médicales, les choix ne sont plus libres et éclairés.
Chez nous on attendra que l’infanrix Quinta revienne sur le marché, en espérant que ce soit rapide.

Bon début de weekend à tous 🙂 et promis le prochain article sera un peu plus marrant

Le Cododo une affaire de Papa ?

10456019_10203987209823255_2543917844108249710_n Mes deux amours à la mater'

Je ne le dirai jamais assez, dès la naissance le papa a un rôle tout aussi important que celui de la maman. Et en matière d’éducation j’ai de la chance, Z’hom et moi on est sur la même longueur d’onde. Oui les choix concernent le papa, et si en matière d’allaitement il y a l’avis de la mère qui compte un peu plus (c’est de son corps dont il s’agit, on ne peut pas imposer un allaitement comme on ne peut pas interdire d’allaiter) en matière de cododo le choix est bel et bien un choix de couple. Et chez nous, on cododote et ce dès la première nuit à la mater’. Lire la suite

Cachez donc ce sein que je ne saurai voir

Ma fille je l’ai allaité partout : dans le bus, dans le train, au restaurant, dans les magasins, dans la rue, au café, en pleine réunion de famille, dans la voiture, au lit, sur le canapé, chez des copines, à la mairie, au supermarché, sur une voiture balançoire en sortant d’un magasin (oui celles pour les petits), dans un hamac, dans mon école quand je suis allée rendre visite à mes camarades, chez les amis de Z’hom, à la plage, au marché de Noël, dans le métro, dans le RER, au parc, à disney et j’en passe.

IMG_0152                           Tétée chez Mickey

Lire la suite