Le Cododo une affaire de Papa ?

10456019_10203987209823255_2543917844108249710_n Mes deux amours à la mater'

Je ne le dirai jamais assez, dès la naissance le papa a un rôle tout aussi important que celui de la maman. Et en matière d’éducation j’ai de la chance, Z’hom et moi on est sur la même longueur d’onde. Oui les choix concernent le papa, et si en matière d’allaitement il y a l’avis de la mère qui compte un peu plus (c’est de son corps dont il s’agit, on ne peut pas imposer un allaitement comme on ne peut pas interdire d’allaiter) en matière de cododo le choix est bel et bien un choix de couple. Et chez nous, on cododote et ce dès la première nuit à la mater’. Lire la suite

L’allaitement, une pratique culturelle

10502084_10204129214453282_2553033213459492988_n

Ah ! Je me rappelle avec un certain sourire la première fois que j’ai allaité ma fille en plein repas familial. Mini crevette avait tout juste 3 semaines, il était 13h et me voilà en train de dégainer mon tétou encore peu habitué, d’enfiler ce foutu bout de sein en silicone (qui malgré tout ce qu’on peut lui reprocher a sauvé mon allaitement) La naine en train de râler car je manquais encore de rapidité… Ah ces débuts d’allaitements où on ne maitrise pas encore l’art de la discrétion. Enfin bref, je m’égare… Et là l’oncle de Z’hom, papa de 2 merveilleux enfants biberonnés dès la sortie du ventre de leur mère ouvre grand ses yeux ronds et me dit : « mais elle a pas mangé y a 5 minutes, enfin on mange là, même en mangeant tu lui donnes ?! » J’ai bien vu que la situation ne semblait pas naturelle et puis faut dire que quand elle avait 3 semaines j’étais un nichon ambulant. Lire la suite

ON EST PAS QUE DES PARENTS (ET HEUREUSEMENT)

Z’HOM ET MOI, ÇA A ÉTÉ LE COUP DE FOUDRE,

celui qui m’a poussé à 18ans à interrompre mes études pour partir vivre chez lui et tout ça en une semaine de temps… Aujourd’hui je suis retombée sur cette vieille vidéo dans notre ancien appartement… Avant d’avoir bébé, avant que je sois enceinte…

Oui notre vieil appart tout pourri qui n’était jamais rangé où on dessinait sur les murs le samedi quand il pleuvait.

Ah ! Je l’aime mon Z’hom ! Parce que c’était aussi un coup de foudre artistique.

Lire la suite